Pages

jeudi 4 décembre 2008

Multipiste

Très silencieuses ces dernières semaines

Le silence ça peut vouloir dire beaucoup de choses, pas le temps - course contre la montre, pas l'envie - course contre soi-même.

Un peu des deux peut-être, la course en commun. Pour quelqu'un d'aussi peu sportif que moi, la belle affaire! Comment s'étonner alors que mes jambes se mettent des bâtons dans les roues?

Et de retour, rien qui fracasse, pas de scoop - la petite porte, les escaliers de secours, les pointes de pied en équilibre

Temps d'hiver, décider de garder les mots bien au chaud. Une saison pour les mots, après tout...

Sortiront, sortiront pas, hésitent, tergiversent, annulation de dernière minute et rendez-vous manqué

On ne peut pas tellement prévoir à l'avance, les mots ont parfois une capacité d'adaptation insoupçonnée!

lundi 6 octobre 2008

Pathomimia - Théâtre Massenet - 04 octobre 2008



De la magie


On pourrait tout dire de ce spectacle, parler du cirque, de la musique, raconter le décor
On pourrait dire tout cela, mettre les mots, les qualificatifs bout à bout
Juxtaposer, superposer, espérer qu'au milieu de tout ça il y ait un mot qui convienne, au moins un
On peut aussi admettre qu'on ne saurait pas raconter, que ça n'est pas tant l'histoire qui importe que l'atmosphère


Juste parler d'un objet hybride, indéfini

Un vaste bric à brac comme le serait le grenier de la maison familiale, aussi intrigant et merveilleux.

C'est peut-être ça finalement, une grande malle, coffre à jouets et vieux ressorts cassés

On cherche, on fouille, on extirpe.

On se prend au jeu, on sursaute, sourit

Les yeux pétillent, s'arrondissent, s'humidifient aussi, à la fin du spectacle

Arrêt presque trop brutal, lumière, retour à réalité

On aura eu le vertige, celui qu'on ressent quand on ne sait pas tellement comment tout ce qui se déroule devant nos yeux est possible

Plus que tous les arts convoqués dans ce seul spectacle, on retiendra la magie et l'émerveillement qu'elle entraîne

Comment? Pourquoi?
Finalement peu importe
On retiendra le voyage, même si l'on ne sait pas réellement où il nous a emmené

mercredi 1 octobre 2008

Du ukulele, des dessins et des bières!

Si vous êtes à Lille, si vous passez pas loin de Gambetta, vous pouvez aller boire une petite bière au Salsero (rue Henri Kolb) et jeter un oeil aux affiches du Collectif de Ukuleles Lillois dessinées (et accrochées ;-)!) par Minh


©Minh Kapek

http://www.myspace.com/shallaminh

mardi 30 septembre 2008

Train de nuit pour Lisbonne, Pascal Mercier


Il est toujours délicat de recommander un livre.
Qu'y-a-t-il de plus intime que la lecture d'un roman?
Une rencontre, entre un livre et un lecteur.
Qui peut jurer qu'elle sera belle?
On peut toujours conseiller, souffler l'idée, tout doucement, essayer de donner envie.
Et garder en tête l'idée que peut-être, malgré tout, il ne se passera rien.
Que la rencontre tournera court.

De rencontre
C'est bien de cela dont il est question dans le livre de Pascal Mercier, Train de nuit pour Lisbonne.

Un voyage initiatique, une quête en forme d'enquête.

Comment rencontrer, apprendre à connaître un homme qui n'est plus?
Chercher chaque bribe de son existence dans les mots de ceux qui l'ont connu; tout à la fois se recueillir et se nourrir devant ces flots de parole qui racontent un homme, sa vie, ses craintes les plus profondes, ses échecs, ses douleurs.
Sa mort aussi

Un livre plein, riche, de ceux qui vous rendent avides.
Un perpétuel jeu de cache-cache, pour ne pas que la fin vous rattrape, pour que vous ayez toujours une longueur d'avance
Envie de tout savoir et de se réserver le meilleur morceau pour le dessert

Se réjouir à l'idée que ce livre, tellement ample, il faudra le relire encore et encore, pour en saisir toutes les parcelles de vie, d'histoire, pour ne pas passer à côté

mercredi 24 septembre 2008

C'est la rentrée...

ça devrait être branle-bas de combat, des messages qui s'entassent, se superposent, se disputent la vitrine

c'est rentrée et il y a matière, partout les nouvelles saisons, défilés de mode des petites salles lilloises

c'est encore un peu septembre, juste un peu

Un livre coup de coeur dévoré cet été, dont il faudra le moment venu que je vous parle

Il faudrait courir un peu partout, donner de la tête ici, des yeux là, des oreilles encore, et ne pas oublier le coeur

Du coup, billet fouillis, billet brouillon, billet quand même

Vendredi et samedi, c'est le Prato, le lancement de saison, vendredi à 20h et samedi 19h (entrée gratuite)
Samedi, c'est aussi le Zem Théâtre, à 19h.
Attention, il y a comme du déménagement dans l'air, pour cette fois ce sera donc à la Maison Folie Wazemmes.
Ouverture de saison suivie d'un spectacle, Carte Blanche à la Compagnie les A l'Air Gik (tarif spécial 4€), acrobaties au menu

Jeudi 2 octobre à 19h (je prends un peu d'avance pour les potes!), direction le théâtre Massenet, toujours pour vous mettre en appétit pour la saison à venir (sur réservation).
L'occasion aussi de retrouver le Collectif de Ukulélés Lillois (que l'on ne présente plus mais qu'on aime toujours!!)

Voilà pour cette mise en bouche expéditive, affaire à suivre!

samedi 30 août 2008

Bleu Pétrole - Histoire d'une rencontre


J'ai 23 ans et je découvre Bashung.

C'est un peu tard, sans doute.

Je connais bien sûr, Osez Joséphine, La nuit je mens.
Ces tubes sont parvenus jusqu'à mes oreilles, mais j'ai entendu, bien plus qu'écouté.

Je découvre Bashung, tardivement, et je savoure.

Je savoure la musique, bien sûr, mais aussi cette idée entêtante, rassurante, celle d'avoir encore la possibilité d'une telle surprise, de telles émotions, auxquelles on ne s'attend pas vraiment.

On achète un album de Bashung comme celui d'une référence à laquelle il faut bien, un jour, se frotter.

Et puis l'album lancé on sent juste qu'on a trouvé une porte d'entrée vers un univers riche, complexe.

Des chansons fortes, ayant pour certaines vocation à devenir des "chansons-repères".


On ne saurait dire, à l'écoute de ce seul album, ce que vaut Bashung dans son oeuvre, on sent juste que cet album est de ceux qui s'ancre profondément en vous.

Que cette "rencontre" est de celle à côté desquelles il ne faut pas passer.


Découvrez Alain Bashung!

vendredi 29 août 2008

Maison de la Poésie, Jazz à la Villette... Jacques Bonnaffé en commun

Ai entendu Jacques Bonnaffé sur Inter ce matin, ai cherché s'il jouait bientôt, ai trouvé
Ai déjà parlé de Bonnaffé ici
Ai cherché comment donner envie, à nouveau...
Courez-y comme si vous couriez après les mots, simplement
Courir comme en quête, une quête éperdue, essoufflée
Ne pas savoir ce qu’on cherche et pourtant tout trouver, tout, son contraire, plus, autre chose
Ne craignez pas le vertige, la vitesse, l’ivresse; après tout, ce n’est pas vous qui conduisez
Vous n’oublierez pas de respirer, vous oublierez tout le reste mais ça, non, vous n’oublierez pas, vous vous sentirez bien trop vivant

Dans le cadre de Jazz à la Villette, deux spectacles :

- le mardi 9 septembre  : Jacques Bonnaffé & Médéric Collignon; "L'instrument à pression" (les détails par ici : http://www.cite-musique.fr/francais/mini-sites/0809_jazz_villette/artistes/bonnaffe_colignon.asp)
- le mercredi 10 septembre : http://www.cite-musique.fr/francais/mini-sites/0809_jazz_villette/artistes/bonnaffe_colignon.asp (http://www.cite-musique.fr/francais/mini-sites/0809_jazz_villette/artistes/bonaffe-jazznomade.asp)
A la Maison de la Poésie, Paris 3ème :
reprise de L'Oral et Hardi, du 12 septembre au 4 octobre

Pour les détails : http://www.maisondelapoesieparis.com/spip.php?article453
Présentation du spectacle : http://www.compagnie-faisan.org/Oral-et-Hardi.php (vous pouvez aussi très bien décider de laisser de côté les détails, et d'y aller simplement!)
Et puis l'endroit  a l'air tout simplement splendide
Jacques Bonnaffé passera également à la Maison de la Culture d'Amiens les 18 et 19 février prochain pour L'Oral et Hardi et les 15 et 16 avril pour Jacques two Jacques 
http://www.maisondelaculture-amiens.com/sitemca0809/accueil.html

Découvrez Ray LaMontagne!
-

jeudi 7 août 2008

"Tiens, v'là la pluie"

Je déteste ce temps.

Ce temps qui te donne l'impression de venir chialer à ta place.

Mais je n'ai rien demandé, pas besoin d'aide, je sais très bien faire.

Au lieu de pleurer, ces nuages, ils feraient mieux de balancer des mots;

gueuler du tonnerre, juste un cri, même fort, ça ne suffit pas, souvent.

Lancer des mots, se vider complètement

peut-être qu'avec ça on serait tranquille pour un moment

parce que souvent les crises de larmes succèdent aux crises de larmes

J'attends ça avec impatience tiens, des orages de mots, des gouttes qui videraient leur sac

D'ici là, rien à faire, je déteste ce temps.

Chris Garneau, "Between the Bars"

Le mois de juillet aura été tout vide, août aura au moins ce petit quelque chose :



Between the Bars étant à l'origine un titre d'Elliott Smith (http://www.deezer.com/track/1823)

http://www.myspace.com/chrisgarneau

mercredi 25 juin 2008

Juste en passant...

Jeudi soir, vous pouvez aller boire quelques bières au Salsero (rue Henri Kolb) et écouter, à partir de 21h, le Collectif de Ukulélé Lillois déjà évoqué ici (à noter, une première partie : Joa)


(© Minh Shalla)

http://www.myspace.com/cul59

Vendredi 27 à 21h, au Baron Rouge (Boulevard Victor Hugo), il faut absolument aller écouter Delbi (http://www.myspace.com/delbimusic).
Seul sur scène, capable d'assurer le spectacle deux heures durant; voix puissante, musicalement bluffant...
A ne pas rater!

Et puis en vrac, vous avez encore quelques jours pour aller voir les expos des Transphotographiques (http://www.transphotographiques.com/)
- jusqu'au 29 juin

et puis nous sommes en plein Festival international du film indépendant (http://kdiffusion.free.fr/), du 23 au 29 juin.

mardi 3 juin 2008

K...




De K, on pourrait dire ceci : il faut le voir, l'entendre de vive voix, le vivre, pour savoir, pour comprendre.

Je lisais à l'instant la critique de Télérama sur son album, L'amour dans la rue (http://www.telerama.fr/critiques/critique.php?id=29360).
Pas méchant mais pas emballé, tiède comme la sensation apparemment laissée à ces oreilles par l'écoute de cet album.
Et des mots "déjà vu", "rarement marquant"...
En somme, du potentiel, mais peut mieux faire

J'aimerai monter sur mes grands chevaux, dire ah fichtre, ces intellos de Télérama n'ont encore rien compris, c'est peut-être trop simple pour eux...
Et en même temps pour un peu je comprendrais

Le problème, voyez-vous, c'est que l'humain ne passe pas forcément bien sur un cd et que K, sa musique, ses chansons, c'est avant tout de l'humain.

De la scène où se trouve K, émane immédiatement cette part d'humanité qui pour un peu, en fermant les yeux, nous rassurerait infiniment.
K rassure, mais K également réjouit, il ensoleille
On a soudain l'envie de se dire qu'on est heureux d'être naïf, heureux d'y croire, parce qu'il y a dans les chansons de K une folle sincérité, de celle qui surprend, décoiffe et nous enthousiasme
"Je crois en nous et tant pis pour les réalistes, qui nous traitent de fous et de pauvres idéalistes" (Je suis bien)

Une boîte à mots, à musique, à images, à souvenirs qui n'ont pas encore eu le temps de prendre la poussière;
voilà tout ce que cet album représente pour moi.
Qu'en serait-il si j'avais découvert K avec cet album, sans jamais l'avoir vu sur scène? Honnêtement, je n'en sais rien...

Définitivement, il faut courir voir K sur scène, vivre et ne plus vouloir, ne plus pouvoir oublier.

lundi 2 juin 2008

Différences de vues




Karl Lagerfeld, invité l'autre soir du Grand Journal de Canal +.
On évoque à un moment sa "nouvelle" passion pour la photo, les deux expositions en cours, l'une à Versailles et l'autre à Lille, aux Transphotographiques.
Lagerfeld revient sur le projet exposé à Lille, des centaines de photos d'un seul et même homme, avec l'intention, dit-il, de "montrer le temps qui passe, combien la jeunesse se fâne".
J'ai pu voir cette exposition la semaine passée, d'abord amusée par le concept, j'avoue n'y avoir pas tant vu le temps qui passe que les possibilités pour un seul visage, d'apparaître comme 1000, la possibilité infinie de jouer à se grimer (et toutes les interrogations qui vont avec sur l'identité, "qui est-tu, toi qui ne te ressemble jamais d'une photo à une autre?").
Puis lentement le malaise, le vertige, le trop plein, la question de la folie, de l'obsession... Pourquoi tant de photos d'un seul garçon?

Cela dit même si j'avoue avoir dans ces cas là rapidement besoin de sortir de la pièce, je suis presque réjouie de cette sensation de vertige, réjouie de savoir simplement que je peux ressentir, même si je suis à côté de la plaque.
La photographie, probablement dans ce que qu'on qualifie d'art contemporain, l'art qui me touche le plus, qui m'intéresse et m'interpelle le plus.

Il n'est pas impossible que j'y retourne, soit pour découvrir l'exposition avec ce regard nouveau, cette interprétation; soit tout simplement pour retrouver le vertige...



Le site des Transphotographiques :http://www.transphotographiques.com/

lundi 5 mai 2008

Petit menu alléchant

Au programme des jours à venir, comme une manière de fête du soleil qui ne nous quitte plus, comme une façon aussi de savourer ce looooooong week-end de la meilleure des façons (dehors et avec les amis), le Festival Wazemmes L'Accordéon est forcément au centre de toutes nos réflexions ;)

Brièvement, le Festival c'est du 4 au 24 mai, il se déroule à Lille (Maison Folie Wazemmes, Nouveau Siècle) mais aussi à Tournai, à Bruges, et dans différentes villes du Nord-Pas de Calais.
Un programme varié qui, pensé autour de l'accordéon, met surtout l'accent sur la fête, la rencontre, l'échange.
Vous pouvez retrouver le programme détaillé par ici : http://wazemmeslaccordeon.com/

Au milieu de tout ça, jeudi c'est la braderie de Wazemmes. S'il fait ce temps là ce sera sûrement plein de monde, mais peut-être que je vais trouver deux-trois trucs rigolos pour mon futur chez moi (j'adore les braderies, brocantes...!)

Et pour finir, vous pouvez retrouver le Collectif de Ukulélés Lillois les 9, 10 et 11 mai au Zem Théâtre, dans le cadre du festival "Découvertes autorisées" (festival qui vaut sûrement le détour en lui-même. Si j'ai bien tout compris, il célèbre les jeunes auteurs en misant sur la représentation de formes courtes - une dizaine de minutes)

Voilà de quoi occuper largement une semaine raccourcie par le pont!

lundi 28 avril 2008

Hommage à Denis Cacheux - Théâtre Sébastopol - 30 avril 2008



Hommage sur scène à Denis Cacheux

Le 11 mars dernier, Denis Cacheux décidait de mettre fin à ses jours.


Le 30 avril prochain au Théâtre Sébastopol de Lille, c’est toute la scène régionale qui lui rendra hommage au cours d’une soirée dont la liste des invités ne cesse de s’allonger.

Les artistes qui seront présents : Jacques Bonnaffé, Marcel et son Orchestre, Gilles Defacque, Nadine Pouilly, William Schotte, La Bande à Paulo, Jeff Kino, Hervé Brisse, Sonia Rekis, Anne Cuvelier, Alain Nempont, Eric Leblanc, Philippe Kamonga, Cedric Dewenyns, Carlo et Dany, Stéphane Petit, Bernard Debreyne, Sophie Cornille, Thierry Montagne, Eric Ghesquière, Bogdan Nesterenko, Claude Vadasz...

Soirée d’Hommage à Denis Cacheux
Mercredi 30 avril 2008
Théâtre Sébastopol - Lille
Tarif : 7€
03 20 22 12 59


(texte : site de Domaine musiques)

Voilà, tout est dit...
Si vous avez un moment, si vous avez envie.

Je ne connaissais pas Denis Cacheux, mais visitant régulièrement les sites internet où l'on parle un peu de la culture dans la région Nord-Pas de Calais, j'ai pu lire l'écho retentissant de sa disparition.
J'ai lu des mots, courts ou plus longs, tous remplis d'émotion, j'ai lu les rencontres, j'ai lu des bouts de sa vie...
J'y devine une vision de la vie, une vision de la culture aussi qui me touchent particulièrement.
Voilà pourquoi je serai de cette soirée, sans avoir de légitimité particulière, avec juste cette impression un peu étrange qu'il faut y être...

(http://domaine-musiques.fr/spip.php?article19222)

dimanche 27 avril 2008

Romain Chauvet - artiste peintre lillois

Une découverte sur les murs de l'Ecart, des peintures qui accrochent l'oeil tandis qu'on savoure l'habituelle Petrus...

Un petit tour sur le site internet de l'Ecart (http://cafelecart.free.fr/) qui nous amène jusqu'au blog de l'artiste-peintre exposé : http://www.romain-chauvet.com/

Je dois reconnaître que je n'aime pas tout, mais certaines toiles me plaisent vraiment beaucoup, par exemple "La Chambre"


ou encore "Strasbourg-Saint Denis, sur la jetée"

jeudi 24 avril 2008

Le Collectif de Ukulélés Lillois - 25 et 25 avril 2008

Hop hop hop, j'avais bien dit que je reviendrai pour vous parler un peu de ce qui s'annonce pour ce week-end!
Et comme j'ai eu les petites affiches de ces deux soirées sur ma page MySpace, j'ai songé qu'il était grand temps que je m'y mette.

J'ai découvert le Collectif de Ukulélés Lillois (pour l'acronyme, je sais que je n'ai pas besoin de l'écrire!) d'abord dans les rues de Lille, un soir brièvement, puis plus longuement avant le concert des Fouteurs de Joie à l'espace Athéna à Saint Saulve.
Découverte sympathique, ambiance bonne enfant, musique agréable et final sur la reprise de "Quand la mer monte" qui, dans le Nord-Pas de Calais, augmente immédiatement votre capital sympathie, l'assemblée présente ne manquant généralement pas de reprendre en choeur.

Deux occasions de les voir en cette fin de semaine sur Lille, tout d'abord au Restau Soleil, le 25 avril (demain en somme!) à 20h, où ils partageront l'affiche avec "...R de machin..." et "Aristide et Jean Zégarés"


Puis samedi 26 à "la contrebasse" (rue brûle maison), à 21h cette fois-ci et avec PPM


La page MySpace du groupe : http://www.myspace.com/cul59

C'est frais, bucolique, printanier, pour un peu ce serait exotique...

et puis voilà!

lundi 21 avril 2008

Métalu fête le printemps - 26 et 27 avril




Début de semaine, il est donc d'ores et déjà grand temps de se pencher sur le programme du week-end à venir!!

Et ce week-end, on pourra notamment aller se promener du côté de Loos, où réside le collectif Métalu à Chahuter, qui a décidé de fêter le printemps!

Présentation du collectif sur le site Domaine musiques (http://domaine-musiques.fr) :

Métalu A Chahuter est un collectif qui rassemble au sein d’un lieu de fabrique une vingtaine d’artistes et techniciens spécialisés dans la création expérimentale et les arts de la rue. Ses membres sont regroupés en compagnies ou collectifs à géométries variables. Ils pilotent une plate forme mutualisée d’accompagnement des projets.


Et la présentation de l'évènement :
Chaque année le collectif Métalu organise deux fêtes sur son site, une au printemps et une autre en automne. C’est l’occasion de montrer des petites formes de spectacles ou d’interventions (musique expérimentale, lectures, installations sonores, théâtre, projections, expositions...) proposées par des artistes adhérents ou amis.
Les résidences temporaires d’artistes extérieurs s’inscrivent dans cette programmation pour des présentations d’étapes de création.

Les 26 et 27 avril ce sera donc la fête de printemps. Sur place : concerts, installations, expositions, lectures et bien d’autres surprises…


Je n'ai pas trouvé de description plus précise de la programmation de l'évènement, mais vous pouvez toujours aller faire un tour sur le site du collectif (http://www.metaluachahuter.com/) pour vous faire une petite idée de leur travail.

J'ai bien au moins une petite chose supplémentaire à mentionner pour le week-end prochain mais allez, soyons ordonnés, j'y reviendrai plus tard ;)

jeudi 17 avril 2008

La jolie surprise!

Mes petits chouchous du moment, le groupe Moriarty (piqûre de rappel si jamais : http://www.myspace.com/moriartylands )dans les "concerts à emporter" de la Blogothèque, je suis juste ravie!
Je peux pas trop écouter là au boulot (ça tombe bien la journée est bientôt finie!!) mais je ne doute pas de la qualité de ces (quatre!) vidéos!
Je suis sûre que ce sera un moment savoureux.

Par ici la musique :
http://www.blogotheque.net/Moriarty





Je vous en mets deux, vous retrouverez les deux autres avec le lien mis plus haut.

mercredi 16 avril 2008

La découverte MySpace de la semaine : Thom Hell


(la publication de cette photo est en même temps un cri du coeur : si Thom Hell pouvez m'adopter, ne serait-ce que quelques mois, je suis sûre que ma culture musicale s'améliorerait de façon fulgurante - bon, vu le nombre de cd, vinyls..., vaut peut-être mieux compter en années plutôt qu'en mois cela dit!)

Découverte suite à un conseil judicieux sur le blog MySpace du groupe Norvégien Minor Majority (http://www.myspace.com/minormajority)- il y a des groupes comme ça pour lesquels on se dit, "ils conseillent, j'écoute, immédiatement"!

Thom Hell, norvégien donc, produit une pop simple, efficace. Une musique qui brille, réjouissante.


Thom Hell ajoute ainsi un nom à la liste de ces artistes scandinaves élevés à la musique anglo-saxonne et qui savent y rendre de brillants hommages tout en empruntant leur propre chemin.

Son dernier album, God If I Saw Her Now

Ne cherchez pas son album sur le site de la Fnac...
Peut-être que si vous avez pas loin de chez vous un merveilleux disquaire (suivez mon regard ;)!) il pourra vous renseigner et peut-être même commander cette galette...
Je ne parviens pas non plus à trouver de lien pour l'acheter sur son site
Vous reste toujours la possibilité d'aller passer un petit week-end à Oslo et de faire de multiples emplettes musicales à cette occasion ;)! (je dis ça en riant et en même temps je vois bien Oslo comme ma prochaine destination low cost - même si apparemment aucun avion pour Oslo ne décolle de Bruxelles-Charleroi ou de Beauvais, -flûte!)
EDIT: suite au commentaire de Virginie (merci!) : vous pouvez trouver les albums de Thom Hell (et sûrement de pleins d'autres artistes scandinaves fort intéressants!) par ici : http://www.cdon.com/
Merci encore pour le lien Virginie!

Thom Hell sur le net :
thomhell.com
http://www.myspace.com/thomhell

mardi 15 avril 2008

Rencontre sur les musiques équitables à l'ARA (Roubaix)


Je vous mets la présentation de la rencontre publiée par l'ARA sur MySpace :

Rencontre sur les musiques équitables + mini concert acoustique du groupe LABO
mercredi 23 avril 2008
18h30-Entrée libre


A l'heure où l'industrie du disque est en crise ressortent les inégalités qu'elle avait banalisées. De ce point de départ, naissent des expériences tendant à appliquer les logiques de commerce équitable au secteur musical.

Ce nouveau modèle économique peut-t-il sauver les musiques actuelles ?
Pour aborder ces questions, plusieurs intervenants : Jeff Caly (Fair trade
Music), François Mauger (co-auteur de «la musique assiégée»), Kenneth Quiguer
(RIF).


J'ai justement un article qui traîne depuis un bon moment sur Fair Trade Music. Ce sera peut-être pour moi l'occasion d'en apprendre un peu plus et d'écrire enfin l'article!

L'ARA, c'est à Roubaix : 301, Avenue Nations Unies (Métro Roubaix-Grand Place)

MySpace ARA : http://www.myspace.com/ara301
MySpace RIF : http://www.myspace.com/rifasso
MySpace Fair Trade Music : http://www.myspace.com/fairtrademusic

Be Kind Rewind



Film vu hier soir...
Je passe sur les détails de l'arrivée un peu tardive dans la salle, du placement obligé au premier rang en toute discrétion!
Encore que ça pourrait être un bon indice pour mesurer la qualité du film, si on en arrive à oublier qu'on a le nez sur l'écran c'est que le film est vraiment bon!

Bref, je passe donc ;)

Be Kind Rewind, dernier film de Michel Gondry. Michel Gondry bluffant avec Eternal Sunshine of the Spotless Mind, touchant avec La Science des rêves...


L'histoire est simple : un vidéoclub dans une petite ville des Etats-Unis, tenu par Mr Fletcher; deux amis Mike et Jerry pour qui le vidéoclub est une sorte de repère...
Un jour Jerry se retrouve "magnétisé" et lorsqu'il pénètre dans le vidéoclub il efface toutes les bandes des cassettes vidéos en location.
Ne reste plus au deux amis qu'à trouver un subterfuge pour continuer à louer les cassettes.
Ils décident de tourner leur remake de chaque film effacé, qui devient alors la version "suédée" de l'original.

Le dernier film de Michel Gondry est avant tout une vraie comédie. Le tournage des remakes est l'ocassion de scènes cocasses et savoureuses.
Mais comme on commence à en avoir l'habitude avec Michel Gondry, le film ne manque pas de poésie, de tendresse, de magie...

J'ai lu quelques critiques négatives, "naïf", "gentillet"...
Toutes ces critiques je veux bien les prendre pour moi, j'accepte volontiers d'être quelqu'un de "naïf", du moment que je ressors de la salle avec le sourire que j'avais hier soir.

le site du film : http://www.bekindmovie.com


-

lundi 14 avril 2008

De retour...




Retour de vacances.
Une semaine en Italie, Milan rapidement, Florence puis Rome. Pas de photos à vous montrer parce que pas d'appareil photo avec moi.
Du soleil, des sourires et puis l'envie d'y retourner en ayant appris la langue.
Florence qui s'apprivoise si vite, face à Rome qui peut vous déstabiliser autant que vous ébahir.
La grandeur donne parfois le vertige, tandis que la retenue souvent rassure.

Retour de vacances.
Retrouver sa ville sous le soleil, avec au détour d'une rue un trio de musiciens, trompette guitare et voix, qui titillent l'oreille une première fois, puis quand on y repasse nous obligent l'air de rien à nous arrêter pour écouter vraiment.
Le plaisir de la musique par surprise, penser qu'on n'est finalement pas fâchée d'être rentrée, que décidément les rues de Lille réservent des surprises, de musique, de théâtre improvisé et qu'elles ont un joli goût de printemps.

Retour de vacances.
Retrouver les programmes des salles du coin, remplir progressivement l'agenda  en savourant d'avance le fait que dans les semaines à venir on devrait apprécier le fait de n'avoir pas le temps. 
Se dire qu'il y aura de la musique et puis d'autres choses aussi.
Penser tous les jours que dans un mois je changerai de chez moi, je changerai surtout de quartier. Me rapprocher de certains, me rapprocher d'une ambiance aussi, d'un endroit qui aujourd'hui est celui qui correspond le plus à mon état d'esprit, à mes envies

Se réjouir à l'idée de retrouver Paris au printemps, un peu.
Parce que je n'aime Paris que comme ça, avec parcimonie et dans ses détails. Parce qu'aller dans ses toutes petites salles et trinquer au petit rouge, c'est avoir l'impression immédiate d'être un peu Parisienne, Parisienne au sens "romantique" du terme. Connaître des lieux un peu cachés; avoir le privilège de pouvoir trouver le métro plein de charme parce que pas obligée de le prendre aux heures de pointes.
Se sentir bien, d'être dans cette ville sans avoir à courir après le temps, en ayant juste à goûter ces petits plaisirs.

Retour de vacances.
Pas de nostalgie, juste l'envie...

jeudi 27 mars 2008

Des mots à haute voix

Ma première "rencontre" avec un raconteur de poésie, c'était avec Claude Nougaro.
Nougaro, qu'il parle ou bien qu'il chante, avait le rythme dans la voix.
Je l'ai vu une fois sur scène, j'ai vu la poésie s'incarner devant moi, j'entendais le rythme des mots autant que celui de la musique; "Plume d'ange", "le gardien de phare" des textes lus au milieu de chansons, le rythme comme fil conducteur.
La voix ne chante plus, plus de la même façon, mais pas question de perdre le fil. 

Depuis, lorsque je me retrouve face à un texte "poétique", un texte vif, ciselé, un texte de gymnastique, de souplesse, un texte de funambule et que l'envie me prend de le dire à haute voix, je me surprends à rechercher l'accent de Nougaro...
Là où il y a surtout un sens de l'articulation tout méridional, bien loin de l'aspiration de syllabe qui court parfois dans le Nord, je sens l'agileté, la musicalité nécessaire à l'existence du texte. 
Je crois encore, et peut-être le croirai-je toujours, que c'est dans ce seul accent que s'incarne la poésie; la force d'une rencontre d'enfance...

J'aime lire à haute voix, j'ai toujours aimé ça je crois.
Pour savourer, déguster, on a besoin de la langue, de sa langue... Pourquoi en serait-il autrement pour les mots?
Evidemment je n'ai rien d'une comédienne, on est ici bien loin de la performance d'acteur, juste tout proche du plaisir gustatif, sensuel, sensoriel...
Je crois que j'aime le son presque autant que les mots!

mercredi 26 mars 2008

LibéLille



Un "nouveau" site (en ligne apparemment depuis octobre 2007) qui nous parle de l'actualité en région Nord-Pas de Calais (de Lille en particulier, vous l'aurez compris tout seul).
Le principe est simple, le site est développé par Libération et gérée par la correspondante régionale du journal, Haydée SABÉRAN, et sa suppléante, Stéphanie MAURICE.

La forme est celle d'un blog dont le mérite est cependant d'être organisé selon différentes rubriques (Société | Politique | Éco-Terre | Culture).
Evidemment je me suis tout particulièrement penchée sur la rubrique "culture" (on n'se refait pas!), j'apprécie tout particulièrement la rubrique "kestu fais ce soir",  où des figures locales de la culture donnent leur agenda pour les jours à venir... Autant d'endroits où trouver de bonnes idées pour s'aérer la tête! 

Et puis j'aime assez les coups de projecteur sur les initiatives culturelles locales, autant d'infos peu relayées par ailleurs, originales ou décalées et qui méritent qu'on s'y arrête.

Voilà, juste un site simple et sans prétention, un regard un peu différent sur la région et puis un ton qui me plaît pas mal.
à suivre par ici : http://www.libelille.fr/

Concert de soutien au Kino-Ciné (Villeneuve d'Ascq)




Je vous mets ici l'édito du responsable de la programmation et de l'animation du Kino-ciné, je pense que tout y est dit!

Du fait de la combinaison de plusieurs facteurs divers, le Kino-Ciné est dans une situation financière très difficile. Pour économiser sur les charges, l'association a malheureusement été obligée de procéder à un licenciement économique et se séparer de Vincent Brissy, Responsable du secteur Jeune Public, qui était employé à mi-temps, et ce malgré un travail plus que satisfaisant de sa part.

La structure ne compte donc plus qu'un permanent mais peut heureusement compter sur une bonne équipe de bénévoles. Ce sont ces bénévole qui ont eu l'idée d'organiser un concert de soutien afin de "renflouer les comptes du Kino-Ciné". Ce concert aura donc lieu le samedi 12 avril à 19h00 à l'Espace Concorde, rue Carpeaux à Villeneuve d'Ascq. Les groupes ont accepté de jouer gratuitement et les recettes seront reversées au Kino-Ciné qui ne sera alors pas obligé de programmer Astérix 7, Taxi 12 et Bienvenue chez Chtis pour se faire du blé.

Vous trouverez le visuel de cette soirée qui s'annonce détonante. Au programme : Le Dazibao, Les Blaireaux, Pink Nicotine, Averse, Le Comte du Cul, Billy B. Beat et Jonaz, yeeeah ! Entrée : 7 € tarif plein et 6 € tarif réduit. Merci de faire circuler l'info.

Thomas VANDERVORST
Responsable de la Programmation et de l'Animation du Kino-Ciné


Le site du Kino-ciné : http://www.kino-cine.com/

jeudi 20 mars 2008

Festival Les Paradis Artificiels - 15 au 21 avril 2008



Le Festival Les Paradis Artificiels est encore tout jeune puisqu'il n'en est qu'à sa deuxième édition. Cela dit la jeunesse n'empêche pas la qualité, la programmation de l'année passée m'avait notamment marquée par la présence de Thomas Dybdahl (signe incontestable de qualité pour moi!).

Cette année la programmation est assez variée, différents styles, des têtes d'affiche et des artistes moins connus mais de grande qualité.
En ce qui me concerne rien de sûr, j'hésite pour la soirée du 17 avril entre le folk bluesy très dépouillé d'Alela Diane au Grand Mix (une très belle voix, un album très agréable, mais je crains le dépouillement guitare/voix sur scène!) et la douce folie de Brisa Roché (qui partage l'affiche avec Aaron et Cactus in Love) dont le personnage déjanté, décalé me donne vraiment envie d'aller la découvrir sur scène. A suivre donc...
Je me laisserai peut-être aussi tenter par la soirée du 18 au Splendid, The DO/Quidam/The Tellers.

Intéressant le concept de trois artistes par soirée pour la découverte, mais attention, frustration en vue...

Frustration encore : suis furax d'être passée à côté d'Alexis HK au Sébasto... Il n'a été annoncé que très tardivement qu'il ferait la première partie de Renan Luce et phénonème oblige, il n'y avait plus aucune place quand l'info est sortie!

Enfin pour en finir sur ce festival, j'aurai aimé en profiter pour découvrir Thomas Dutronc et Yael Naïm sur scène, mais je ne suis pas encore prêter à payer 27€ pour ça...

Voilà la programmation détaillée :

Mardi 15 avril :
- Grand Corps Malade, Zénith Salle Vauban, 20h
- Dub. Inc + Jonaz, Grand Mix, 20h

Mercredi 16 avril :
- Le Peuple de l'Herbe; Birdy Nam Nam; Pete Philly & Perquisite, Aéronef, Lille
- Pauline Croze; Thomas Dutronc, Zénith Salle Vauban, 20h

Jeudi 17 avril :
- Aaron; Brisa Roché; Cactus in Love, Aéronef, 20h
- Daniel Darc; Alela Diane, Grand Mix, 20h
- Gravenhurst, Maison Folie Moulins

Vendredi 18 avril :
- The Do; Quidam; The Tellers, Splendid, 19h30
- Chris de Luca Vs PHON.o, Maison Folie Moulins, 19h30
- Chris Clark, Kiosk, 23h

Samedi 19 avril :
- Tiken Jah Fakoly; Groundation+Gentleman; Sebastian Sturm, Zénith Aréna, 18h30
- Mademoiselle K; Fancy+Nervous Cabaret, Splendid, 19h30
- Yael Naïm, ASA, Théâtre Sébastopol, 20h
- Max Boublil, Salle Pasteur, 20h
- Bonobo, Kiosk, 23h
- Soirée Custom avec Jamie Lidell + guests

Dimanche 20 avril :
- Babyshambles; Serj Tankian; Nada Surf+Empyr, Zénith Arena, 18h30
- Garden Party avec Hey Hey My My, Maison Folie Moulins, 15h, gratuit
- Renan Luce; Alexis HK + Claire de Namur, Théâtre Sébastopol, 20h

Lundi 21 avril :
- Renanc Luce + guests, Zénith Arena, 20h

Des complétements d'infos par ici : www.lesparadisartificiels.fr ou par là : http://www.myspace.com/lesparadisartificiels

dimanche 16 mars 2008

Festival "Les femmes s'en mêlent" - 19 au 30 avril 2008



L'est pas belle cette affiche? ;)

Les Femmes s'en mêlent est un festival qui s'est choisi comme mission de placer sur le devant de la scène des représentantes de la musique indépendante féminine.

Ce festival se distingue chaque année par une programmation riche et éclectique, présentant des artistes parfois méconnues mais qui, souvent, méritent le détour.

L'autre particularité de ce festival est de ne pas limiter les concerts à la seule ville de Paris mais d'en faire profiter bon nombre de villes de province (Grenoble, Toulouse, Tourcoing, Bordeaux...)et également quelques grandes villes d'Europe

Cette année sera la 11ème édition et encore une fois certains concerts sont à ne pas manquer!
En vrac : Ane Brun, Monster and Promise, Moriarty... (je ne connais pas forcément les autres mais je ne doute pas qu'elles méritent qu'on y jette au moins une oreille)
Même si vous ne pouvez pas assister aux concerts, n'hésitez pas à vous plonger dans leur programmation... M'est avis qu'elle fourmille de découvertes musicales de grande qualité!

Le festival se déroulera à Paris du 16 au 26 avril; dans toute la France et en Europe du 16 au 30 avril.

Vous pouvez retrouver toutes les dates sur le site officiel du festival : http://www.lfsm.net/
leur page MySpace : http://www.myspace.com/lesfemmessenmelent

Une chanson d'Ane Brun pour illustrer le propos ;)
free music


-

samedi 15 mars 2008

La découverte MySpace de la semaine : Moriarty


Allez, je reprends une catégorie (en fait probablement la seule...) de mon ancien blog.

Moriarty, découverte MySpacienne mais surtout Speedique (comprenez : comme souvent Speedy me laisse un commentaire sur ma page MySpace pour m'inciter à aller écouter un artiste/groupe, et comme assez souvent, c'était un excellent conseil ;))

Il y a là un peu de folk, des relents de country, une pointe de blues; il y a là sûrement l'empreinte de 1001 influences...
Des moments dépouillés, d'autres plus clinquants, non loin du bazar musical (qui est un "genre" qui me touche tout particulièrement!)
Voix atypique d'une chanteuse qui ne doit pas l'être moins, capable des susurements graves autant que d'envolées lyriques

En écoutant Moriarty on sent poindre la pointe de folie qui donne envie de courir les voir sur scène; et puis on apprend que Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff sont pour eux des "parrains"... Alors oui sans aucun doute il faut voir Moriarty sur scène, sans aucun doute il faut vivre Moriarty.

Leur album : Gee Whiz But This is a Lonesome Town


De nombreuses dates en France (notamment au sein du toujours excellent festival "les Femmes s'en mêlent"), je vous signale les plus proches (certaines dates sont déjà complètes, à surveiller de très près!) :

21 march, PARIS (75), La Cigale – COMPLET
26 march, NANTES (44), L’Olympic - COMPLET
27 march, NIORT (79), Le CAMJI


April
1 april, LA DÉFENSE (92), Festival Le Chorus des Hauts de Seine
3 april, SOTTEVILE LES ROUEN (76), Le Trianon Transatlantique
4 april, MERVILLE (59), Espace Robert Hossein
5 april, VIHIERS (49), Village en Seine
17 april, BOURGES (18), Le Phénix – Printemps de Bourges
19 april, TOULOUSE (31), Le Théâtre Garonne – Festival Les Femmes s’en mêlent
22 april, AMIENS (80), La Lune des Pirates – Festival Les Femmes s’en mêlent
23 april, TOURCOING (59), Le Grand Mix – Festival Les Femmes s’en mêlent
24 april, DIJON (21), Le Zénith, opening for Dionysos
25 april, BERLIN (DE), Lido, opening for Girls in Hawaii
29 april, RENNES (35), L’Antipode
30 april, BREST (29), Le Vauban - COMPLET

Leur page MySpace : http://www.myspace.com/moriartylands
Leur site officiel : http://moriartyland.uing.net/

Et pour finir je vous colle un petit lecteur Deezer pour vous faire découvrir et aussi pour montrer à Choubidou (si jamais il passe par là) que vraiment c'est pas compliqué ;)
free music


-

vendredi 14 mars 2008

Ravalement de façade...

Et voilà, à peine Speedy me dit que ma nouvelle présentation est jolie que je change... Mon blog a la bougeotte en ce moment ;)

C'est un fait, je ne poste pas beaucoup par ici alors j'ai pensé que le minimum c'était quand même de rendre l'endroit sympathique (ou pour laisser s'exprimer mon ego : que l'endroit me ressemble un peu plus...)

Tâche ô combien ardue!

Problème n°1 : la bannière... Un peu l'identité de chaque blog n'est-ce pas? J'y travaille mais The Gimp (plus gentil que photoshop puisque logiciel libre ;)) ne se laisse pas apprivoiser facilement! (en plus je paye aujourd'hui le fait de ne jamais prendre de photos - ou que des médiocres! - rien ne me convient...)

Pour le reste, j'ai décidé que ça resterait tout blanc en attendant d'avoir une idée plus précise de ce que je veux... (bon c'est ce que je dis maintenant mais demain est un autre jour ;)!)

En attendant ça ne vous empêche pas de vous exprimer (comme c'est déjà le cas ;)!), de donner des idées (ben oui, faut bien mettre vos esprits à contribution, la créativité me fait cruellement défaut en la matière!)...

Et ne vous impatientez pas, ça risque de prendre un bon moment, je suis une vraie bille en la matière!

mardi 11 mars 2008

"Jacques Two Jacques" - Le Prato - 03 mars 2008


© Michel Vandestien

Vu de l'extérieur, vu de loin, ça pourrait bien ressembler à un compte-rendu, une revue, un schmilblick raconteur d'impressions sur ce spectacle vu au Prato la semaine dernière.

Mais pour raconter le théâtre peut-être bien qu'il faut être soi-même une somme de théâtre, détenir clés, mot de passe, codes...
Ou alors être dresseur de formules magiques.
Pas évident...

Le concept était simple, Jacques Bonnaffé, acteur, rencontre les mots de Jacques Darras, poète-auteur.

Ce soir là je découvre tout : Jacques Bonnaffé, vu uniquement au cinéma (Jeanne et le garçon formidable*); Jacques Darras (je n'en connais pas beaucoup plus, mais j'ai désormais entendu quelques-uns de ses mots); le Prato (l'endroit est chaleureux, on regrette de ne pas être venu plus tôt, on se rassure en se disant qu'on y reviendra vite puisque maintenant on sait).

La salle de spectacle est de celles dont on aime à croire qu'y rôde un morceau de l'histoire, un peu de l'esprit du Nord. Les briques et la lourde armature en fer, des clichés? peut-être, mais de ceux dont j'ai l'impression qu'ils pourront toujours me rassurer sur cette ville où je vis.

Le spectacle commence et vite, presque immédiatement, Bonnaffé occupe tout l'espace qui lui est offert. L'air est plein, plein des mots véritablement incarnés, plein de ses mouvements.
De la vitesse, du rythme, de quoi par moment vous donner l'impression que vous allez vous perdre en route, lâcher le fil... Et puis Bonnaffé vous rattrape au vol, cassant le rythme, prenant le temps de la respiration et celui du silence.

Des mots qui soudain débordent de vie, nous voilà aux lèvres, au corps de l'acteur suspendus, guettant l'inattendu.

Une nouvelle fois le sentiment qu'on ne peut pas prétendre aimer lire, aimer les mots et faire l'impasse sur le théâtre.

J'ai encore beaucoup à apprendre et à découvrir...

J'en profite pour vous signaler un article sur Jacques Bonnaffé dans le dernier numéro de Télérama (http://www.telerama.fr/scenes/26227-il_grandi_le_ch_ti.php)


*merci pour le pense-bête Elea ;)

EDIT : Vous pourrez voir ce spectacle du jeudi 27 au dimanche 30 mars à la Ferme du Buisson à Marne-la-Vallée (www.lafermedubuisson.eu/)

vendredi 29 février 2008

La semaine prochaine s'annonce chargée...


© Michel Vandestien

... allez, soyons un peu honnête, la semaine prochaine s'annonce surtout réjouissante!

ça commence dès lundi soir avec un spectacle au Prato : "Jacques two Jacques" (Bonnaffé / Darras )


Présentation sur le site du Prato :
Le projet « Darras » est issu d'une pratique de lectures publiques et performances établies depuis peut-être huit ans avec l'auteur.
Une lecture d'un soir est toujours l'occasion de variations dans le choix des feuilles et dans la disposition du montage. Les textes que nous explorons sont nombreux, certains n'ont été visités que partiellement, la matière déborde.
« Je cherche de nouvelles circonstances pour faire entendre sans la lever, la voix dans le poème. »
Notre voyage est une lecture. Nos souvenirs communs s'impriment dans le mot "marche". C’est l’imagination qui court, le tableau ne bouge pas. Seul le texte-dit fait les mouvements, crée la scénographie et l’action. C’est étonnant. Assez rare pour qu’on s’y pose.
« Il n'est jamais de poésie que déclarative.
Il n'est de poésie que dans la déclaration d'amour que nous faisons aux noms aimés, par la parole ou par le chant. »
Jacques Darras est poète, essayiste et traducteur. Auteur prolifique, il a notamment écrit un long poème évolutif en plusieurs chants et plusieurs volumes « La Maye » (en Baie de Somme).


Jamais vu Jacques Bonnaffé sur scène (Jacques Bonnaffé qui est par ailleurs le parrain du Festival de Wazemmes, ça méritait d'être souligné!), curieuse aussi de découvrir le Prato, que j'avoue avec une certaine honte ne pas connaître!

Mardi soir, c'est relâche!

Mercredi et jeudi soir, le Festival Défi Sida au Splendid de Lille, je ne vous la refais pas ;-)!
Ravie de retrouver les Blaireaux sur scène, pas vus depuis leur concert au Sébastopol (excepté leur courte apparition au concert d'Emily Loizeau à l'Aéronef).
Et puis découverte des Blérots de Ravel, de PPFC, d'Imbert Imbert le lendemain...
Soirées sympathiques en perspective.

Vendredi, concert à l'Orchestre National de Lille; au programme Cavanna, Chopin et Dvorak.

Samedi : on commence par "Les sifflets de Monsieur Babouch" (J.P. Milovanoff; mise en scène Nicolas Ducron), spectacle pour enfants au Grand Bleu à Lille (si je pense à réserver ma place! )

(© Jean-Marc Lobbé)

Et ça se poursuit le soir avec le concert des Fouteurs de joie à Saint-Saulve.


Dimanche sera plus sobre, ce sera juste élections ;-)

mercredi 27 février 2008

"Le Chtirama : le média des Gens du Nord"



http://chtirama.fr/

Alors là, je reconnais, vous êtes peut-être moins immédiatement concernés que par la Blogothèque...
Mais ça n'est pas pour ça que je ne dois pas en parler non plus! Et puis vous pouvez considérer ça comme un complément au film de Dany Boon - pour rééquilibrer peut-être légèrement le tableau!

Le Chtirama propose des reportages sur des évènements, des concerts, mais aussi sur des lieux "alternatifs" de la métropole lilloise; un calendrier présentant les rendez-vous culturels importants...
L'occasion idéale de donner la parole à des artistes du coin, mais aussi à des responsables de "petites" structures de la ville dont on se rend vite compte qu'ils sont animés de véritables projets, parfois décalés, souvent innovants, toujours intéressants.

Ce site que je découvre à peine semble regorger de petites choses intéressantes (il parle de l'Hybride, du Café Citoyen, du Café Diskaire... déjà rien qu'avec ça je suis fan!) et puis il présente le mérite incontestable de s'arrêter sur des lieux, des évènements qui parfois loin d'être médiatisés et pourtant particulièrement dignes d'intérêt.


Site à surveiller donc!

La Blogothèque fait peau neuve




http://blogotheque.net/

Allez, j'inaugure une nouvelle petite catégorie, pour au cas où je trouverais des sites internet intéressants qui méritent que je vous en parle.

Je commence par la Blogothèque (et peut-être bien que j'enchaînerai tout de suite avec un autre site, youhou!).
Alors je sais bien la Blogothèque, tout amateur de musique qui se respecte connaît, aime, adore, adule; mon billet ne révolutionnera donc pas le web!
Mais je profite quand même d'un petit "ravalement de façade" du site pour vous inciter à aller y jeter un oeil (si ce n'est pas déjà fait), à cliquer partout (autant que vos petits doigts vous le permettent) et puis bien sûr à tendre vos petites oreilles!
Cette nouvelle présentation est encore plus attrayante, simple et colorée. Elle donne envie d'y rester et ma foi c'est tant mieux!

Le concept est simple : un blog qui cause musique, qui vous en fait écouter et qui en plus a inventé le concept tout simplement génial de "Concerts à emporter". Rien que pour ce dernier point ce site est une mine d'or, je ne sais pas s'il y en a pour tous les goûts, mais assurément il y en a pour beaucoup! Des artistes intéressants qui vous font découvrir leur musique "hors cadre". Vous pouvez choisir un artiste que vous aimez, ou alors vous prendre au jeu du hasard souvent tout aussi délicieux.
Des chroniques qui nous invitent à des découvertes bien souvent de qualité...

La Blogothèque c'est le plaisir de la surprise, du hasard, du farfouillement (ça se dit pas? c'est pas grave!). Le petit frémissement quand on se dit : il se pourrait bien que je tombe sur un truc fantastique et je n'en sais encore rien!

La Blogothèque, aiguiseur de curiosité, pourvu que ça dure!

mardi 26 février 2008

José Gonzalez, Grand Mix, 25 février 2008



Il en va parfois de la musique comme de la magie, éblouissement, surprise, peut-être bien qu'il y a un truc mais au fond on ne veut pas vraiment savoir lequel.
Il arrive qu'on assiste à des concerts en se demandant à la sortie comment tout ça est possible, comment un homme sur scène avec une guitare peut incarner à lui seul toute la musique, comment il peut faire sonner sa guitare comme s'il était entouré de musiciens brillants, comment sa voix peut transporter toutes ces émotions...

José Gonzalez est un magicien de la musique.

On le voit arriver sur scène, seul sur sa chaise, juste lui et sa guitare. On s'inquiète un peu, parce qu'on vient de quitter Vic Chesnutt et son "band" éclectique, on craint le dépouillement ou peut-être bien que l'on se sent impudique face à cette "nudité" dont on pressent toute l'émotion qu'elle va charrier.
Et puis la musique commence et immédiatement on sait. Pas de doute possible, on pourrait l'écouter des heures José seul avec sa guitare. Ces premières notes sont de ces instants incroyables où on réalise soudain qu'on va passer un moment hors du temps (même si pour ça il faudra fuir les gens accoudés au bar qui discutent sans fin!)
La sensation que José Gonzalez invente progressivement son propre temps, rythmé par cette ligne de basse entêtante.
Un magicien, un souffleur de bulles aussi : voilà l'impression qui domine, celle d'être enveloppée tout d'un coup, par la musique, par la voix; d'être ailleurs, à la fois totalement désorienté et sûr d'être au bon endroit.

J'avais surtout découvert José Gonzalez par les "concerts à emporter" de la Blogothèque alors je savais bien, je sentais que ce concert serait un concert un peu à part.
Je n'imaginais pas à quel point!
Un magicien je vous dis!

lundi 25 février 2008

Curiosités du moment

Un petit coup de projecteur, en vrac, sur des évènements qui méritent un peu d'attention, dans la métropole lilloise et allez, soyons fous, dans tout le Nord-Pas de Calais:

Les 5 et 6 mars, le Défi Sida, au Splendid de Lille


Deux soirées à la programmation plus qu'alléchante, un pass deux jours pour une somme relativement modique; et tout ça pour la bonne cause!
De mon point de vue, aucune raison de s'en priver!
(http://www.myspace.com/festivaldefisida)


Du 29 février au 16 mars, festival à Travers Chants, MJC Athéna (Saint-Saulve)



Une programmation variée avec quelques incontournables (Les Blaireaux, Les Fouteurs de Joie), d'autres qui méritent vraiment qu'on s'y penche de plus près (Samir Barris, Mary M...).
Une belle occasion de faire des découvertes!
(http://www.mjc-athena.org/Mjc; http://www.atraverschants.org/; http://www.myspace.com/atraverschants)

Les 14, 15 et 16 mars , Carnaval de Wazemmes, Maison Folie Wazemmes et alentours


Pour moi ce sera une première. C'est une histoire de géants, de bal masqué, de parades; une histoire racontée à plusieurs, une histoire partagée; une histoire qui vaut forcément le détour!
(http://www.wazemmeslaccordeon.com/;
http://carnavalwazemmes.canalblog.com/;
http://www.myspace.com/cultureetflonflonsflandres)

Et puis allez, pour finir, une petite entorse à ma règle de départ, je quitte ma région d'accueil pour ma région d'origine et pour vous parler aussi du Festival de Jazz et des Musiques d'ailleurs, qui se tient à Amiens du 17 au 23 mars (et qui sillonne la Picardie du 2 au 15 mars)


Pour être tout à fait honnête, je dois dire que je ne connais que très peu les artistes programmés, mais mon instinct ;) me dit que ça doit quand même valoir le détour (pour qui habiterait dans le coin, ce qui n'est plus mon cas la majeure partie de l'année!).
J'irai probablement voir malgré tout au moins Thomas Dutronc et Yael Naïm.

(http://www.amiensjazzfestival.com/; http://www.myspace.com/amiensjazzfestival)

Allez, c'est tout pour cette fois-ci mais je reviendrai probablement!

EDIT : Je vais vous mettre quelques petits liens dans la colonne de droite de lieux lillois qui, eux aussi, méritent le détour!

dimanche 3 février 2008

Mésaventure de train




Plus de musique!
La réalité des choses est plus triviale : plus de batterie dans mon baladeur MP3 Sxxx qui peut contenir xGo de musique... Mais la trivialité sied mal à la musique et puis dans le fond, ce qui compte, c'est le résultat.
Plus de musique et encore une heure de train, une heure de paysages qui défilent...
De quoi lire bien sûr, mais c'est le moment précis où je m'endors sur ce que je lis (quelle qu'en soit la qualité d'ailleurs).
Je m'endors et il me faut la musique, non pas pour mieux m'endormir (il est fort probable que je ne dorme pas du trajet) non, la musique pour que mes pensées soient libres d'aller et venir en silence. La musique pour favoriser le silence...

Sans musique, il n'y a plus de "bulle", plus de protection, juste le bruit des rails... Et j'ai soudain l'impression que mes pensées font bien plus de bruit que le train sur les rails (nouveaux trains plus silencieux, merci bien! et mes pensées alors, qui a songé à mes pensées?!)
Aucune solution, je sens que chacun entend ce que je pense, qu'ils trouvent mes pensées trop bruyantes. Et pourtant, je le jure, je n'y peux rien! Si je voulais faire mon intéressante, je me lèverais, je me placerais stratégiquement au milieu du wagon, debout sur une valise, tiens! Ou non, debout sur un empilement de valises, le plus haut et le plus brinquebalant possible et je les déclamerais ces pensées. Jamais rêvée d'être comédienne mais la vie nous réserve parfois de ces surprises!

Vraiment, je n'y peux rien, ces paysages qui défilent ça donne à mes pensées des envies de farandole. Une farandole désordonnée, où les places seraient comptées comme au jeu des chaises musicales (la musique encore, obsession!).
L'idéal serait de dormir mais ça, la plupart du temps, je ne peux pas. Paradoxal pour quelqu'un qui prétend s'endormir sur ce qu'elle lit... En réalité, ce n'est pas tant que je m'endorme, c'est que les mots se mettent soudain eux aussi à faire la farandole... Mais je suis loin de la fatigue suffisante pour m'endormir, bien loin puisque j'en suis encore à penser.

Et puis progressivement le jour s'efface, le paysage s'assombrit, s'unifie et son mouvement semble de moins en moins perceptible. Certes, mais je le sais, moi, que malgré le noir le paysage continue à défiler, je ne suis pas si facile à berner! Et puis la nuit tombante à toujours été propice aux histoires. Je suis seule, soit, je me raconterai mes propres histoires.
Vous ne pensiez quand même pas que mes pensées allaient disparaître avec le jour! Décidément, vous avez encore beaucoup à apprendre!

lundi 14 janvier 2008

Rions un peu...

Il faut ABSOLUMENT que vous alliez voir ce délicieux article sur le blog "Bon pour les oreilles" :
http://musique.typepad.com/musique/2008/01/okkervil-gratui.html

Cette démonstration me fait beaucoup rire!
Est-ce que ça contribuera à changer mon regard? Pas sûr... ;) (par contre je crois que je vais rire encore un peu plus à chaque démonstration de Tecktonik que je verrai désormais dans les rues de Lille!)

vendredi 11 janvier 2008

Debout sur le Zinc, Les mots d'amour



Chanson connue, le clip aussi, mais la rubrique c'est "juste pour le plaisir", alors voilà, je ressors des choses des cartons pour le plaisir ;)

Histoire de lettre



Si je me décidais à t'écrire une lettre, je crois, je sais, qu'elle serait longue. Parce que je suis comme ça, parce que j'écris à l'infini quand je ne parle qu'avec limites.
Longue ou très courte, en fait. C'est idiot de dire à tous les coups j'ai tellement de choses en tête que ce sera forcément long, très long. Je pourrais dire au contraire j'ai un million de choses en tête, tellement que je n'y arriverai pas, je me contenterais de quelques mots simples, quelque chose de bref et tu comprendras ce que tu voudras. 
Tiens, à toi le boulot, à moi l'impression d'avoir fait de mon mieux, ou de mon moins pire....
En fait c'est toujours assez difficile pour moi d'écrire une lettre, je ne sais pas si ce que je recherche c'est vraiment à transmettre un message ou juste à me complaire dans le bruit de la langue, ces sons que j'aime tant. 
Fut un temps où recevoir une lettre belle, bien écrite, était un vrai plaisir, est-ce encore le cas aujourd'hui? 
Dans mon cas j'écrirais des lettres sans fin, pour les idées qui se bousculent, pour les mots qui trébuchent....

Il faudrait peut-être que je m'entraîne à avoir moins peur des mots. Ceux que je dis aimer. Il ne faudrait peut-être pas que j'oublie qu'au-delà du son, il y a du sens, il faudrait que je m'en souvienne au moins de temps en temps. 
Garder le plaisir du rien pour la plupart du temps, mais savoir reconnaître les moments où il faut écrire pour dire, remettre le jeu à plus tard et s'élancer.

Si je me décidais à t'écrire une lettre, je crois, je sais, qu'elle serait bancale. 
Mes lettres ne tiennent jamais très droit, la faute au trop plein, quand les mots jouent à saute-mouton il faut s'attendre à du désordre. Ça se bouscule, ça se chamaille, chaque mot veut exister, advenir plus vite que le petit voisin; le fond se déforme, les formes se défont et personne n'y comprend plus rien!

Je crois que j'aime trop jouer à cache-cache, il y a là quelque chose d'une pudeur infinie, trop écrire pour noyer le mot, au risque du trop lourd, de la feuille qui craque ou de celle qu'on déchire à force de découragement.
Je crois que je vais attendre un peu pour grandir et continuer à jouer un moment. Le sens attendra!

jeudi 3 janvier 2008

Pour bien commencer...

J'aime l'idée d'être encore très loin d'avoir fait le tour des "concerts à emporter" de la Blogothèque (http://www.blogotheque.net/), l'envie de rattraper mon retard doucement, par petites séquences plaisir...

Voilà ici deux petites vidéos, avec deux artistes du Label Fargo, Emily Loizeau et J. Tillman; la première est une de ses chansons à lui, la deuxième l'une de ses chansons à elle...

ça donne juste envie de prendre le temps
ça donne juste envie de continuer à farfouiller doucement dans cette malle aux trésors!