Pages

lundi 14 janvier 2008

Rions un peu...

Il faut ABSOLUMENT que vous alliez voir ce délicieux article sur le blog "Bon pour les oreilles" :
http://musique.typepad.com/musique/2008/01/okkervil-gratui.html

Cette démonstration me fait beaucoup rire!
Est-ce que ça contribuera à changer mon regard? Pas sûr... ;) (par contre je crois que je vais rire encore un peu plus à chaque démonstration de Tecktonik que je verrai désormais dans les rues de Lille!)

vendredi 11 janvier 2008

Debout sur le Zinc, Les mots d'amour



Chanson connue, le clip aussi, mais la rubrique c'est "juste pour le plaisir", alors voilà, je ressors des choses des cartons pour le plaisir ;)

Histoire de lettre



Si je me décidais à t'écrire une lettre, je crois, je sais, qu'elle serait longue. Parce que je suis comme ça, parce que j'écris à l'infini quand je ne parle qu'avec limites.
Longue ou très courte, en fait. C'est idiot de dire à tous les coups j'ai tellement de choses en tête que ce sera forcément long, très long. Je pourrais dire au contraire j'ai un million de choses en tête, tellement que je n'y arriverai pas, je me contenterais de quelques mots simples, quelque chose de bref et tu comprendras ce que tu voudras. 
Tiens, à toi le boulot, à moi l'impression d'avoir fait de mon mieux, ou de mon moins pire....
En fait c'est toujours assez difficile pour moi d'écrire une lettre, je ne sais pas si ce que je recherche c'est vraiment à transmettre un message ou juste à me complaire dans le bruit de la langue, ces sons que j'aime tant. 
Fut un temps où recevoir une lettre belle, bien écrite, était un vrai plaisir, est-ce encore le cas aujourd'hui? 
Dans mon cas j'écrirais des lettres sans fin, pour les idées qui se bousculent, pour les mots qui trébuchent....

Il faudrait peut-être que je m'entraîne à avoir moins peur des mots. Ceux que je dis aimer. Il ne faudrait peut-être pas que j'oublie qu'au-delà du son, il y a du sens, il faudrait que je m'en souvienne au moins de temps en temps. 
Garder le plaisir du rien pour la plupart du temps, mais savoir reconnaître les moments où il faut écrire pour dire, remettre le jeu à plus tard et s'élancer.

Si je me décidais à t'écrire une lettre, je crois, je sais, qu'elle serait bancale. 
Mes lettres ne tiennent jamais très droit, la faute au trop plein, quand les mots jouent à saute-mouton il faut s'attendre à du désordre. Ça se bouscule, ça se chamaille, chaque mot veut exister, advenir plus vite que le petit voisin; le fond se déforme, les formes se défont et personne n'y comprend plus rien!

Je crois que j'aime trop jouer à cache-cache, il y a là quelque chose d'une pudeur infinie, trop écrire pour noyer le mot, au risque du trop lourd, de la feuille qui craque ou de celle qu'on déchire à force de découragement.
Je crois que je vais attendre un peu pour grandir et continuer à jouer un moment. Le sens attendra!

jeudi 3 janvier 2008

Pour bien commencer...

J'aime l'idée d'être encore très loin d'avoir fait le tour des "concerts à emporter" de la Blogothèque (http://www.blogotheque.net/), l'envie de rattraper mon retard doucement, par petites séquences plaisir...

Voilà ici deux petites vidéos, avec deux artistes du Label Fargo, Emily Loizeau et J. Tillman; la première est une de ses chansons à lui, la deuxième l'une de ses chansons à elle...

ça donne juste envie de prendre le temps
ça donne juste envie de continuer à farfouiller doucement dans cette malle aux trésors!